Jeep ocean view

 

Lao Tseu aurait écrit “un voyage d’un millier de kilomètres commence par un pas”. Dans mon cas à moi, le voyage fera près de quarante mille kilomètres, traversant quatre continents et une douzaine de pays, mais il a commencé par cette petite voix intérieure irritante me susurrant de façon insidieuse que j’avais oublié quelque chose…

Défait et refait mon sac a dos quarante-deux fois au moins avant le départ, revu ma liste trois millions de fois, rien n’y faisait. Je décidai donc d’emplir mon bagage de menu objets et pièces de vêtement diverses qui avait pour seul utilité d’ajouter quelque millier de kilos supplémentaires au poids que mes vieilles épaules devaient supporté, mais rien ni fit. Toujours la petite voix insidieuse…

Puis ce fut cinq heures assis dans un train couvrant le corridor Montréal-Toronto, et encore la petite voix qui me forçait à décomposer mentalement le contenue de mes bagages. Il faut dire qu’entre Montréal et Toronto, il n’y a pas grand-chose à voir au travers la baie vitrée, le paysage est plus ennuyant qu’un discoure de politicien, alors cela m’aura au moins tenu occupé.

Famille et amis à Toronto on bien essayer de me changer les idées usant de tous les trucs possibles, comme repas succulent arrosé de plusieurs centaines de litres de breuvage alcoolisé par exemple, mais malheureusement encore et toujours cette petite voix lancinante « grand épais, tu a oublié quelque chose, nana ».

Évidemment, cette voix m’a suivi jusque sur l’ile d’Oahu, ou j’y ai rencontré un copain d’internet de longue date, Aaron.  Aaron est Hawaïen de souche, une montagne d’homme possédant une montagne de connaissance sur l’histoire ainsi que la faune et flore d’Hawaii, connaissance dont il n’est pas avare. Au dédale d’un sentier forestier plusieurs fois centenaire, tout en pierre et construit par ses ancêtres, il me raconte, de façon vivide, le dernier combat de chef hawaiien pour la dominance des iles qui a eu lieu au sommet de la montagne tout près, tout en pointant, en cheminant, chaque espèce de plante, oiseau et animal par leur nom. Malheureusement, je me rappelle très peu  ces noms, en partie parce qu’ils contiennent beaucoup trop de voyelles,  en partie aussi parce que la troisième de mes oreilles était prise par une petite voix intérieure irritante.

Cette voix me suivait encore lorsque, seul et explorant l’ile au volant d’une jeep de location, j’aperçus une petite baie d’où le récif corallien était visible de la route même. Ha, me dis-je, recette infaillible, exactement ce dont j’ai besoin. Masque au visage, palme aux pieds et Deep Purple « Child in Time » jouant dans me tête, rapidement j’étais entouré de poissons de couleur vive, moi-même nageant autour d’une tortue de mer facilement de la taille d’un tank Sherman de la Deuxième Guerre mondiale. Soudainement, un juron typiquement québécois évacua mes lèvres de lui-même, ce qui eu deux effets : toute vie marine a mille mètres a la ronde disparue instantanément, incluant la tortue ainsi qu’un petit requin a pointe noire qui semblait avoir pris gout au bout de mes palmes, et environ quatre cent douze litres d’eau à haute teneure en sodium envahi simultanément ma trachée, mon nez, mes bronches et mon estomac. En d’autres mots, j’ai bu une tasse.

Je venais de réaliser ce que j’avais oublié, et franchement j’ai honte. Voyez-vous, le point d’exclamation  du petit périple auquel je prends part sera de plonger en mer de Chine. Et vous savez ou il est mon certificat de plongeur; celui, pour les non-initiés, sans lequel il est impossible de pratiquer la plongée sous-marine? Bien entendu, il est pénard à la maison, bien rangé dans le tiroir de mon bureau.

La petite voix est maintenant disparue, et franchement elle ne me manque pas. Elle est maintenant remplacée par une attente fébrile, l’attente d’un petit paquet bleu, blanc et rouge marqué « Federal Express. »


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *